L’ancien cloître franciscain

Franziskanerkloster © Lügde Marketing e.V.

Le 12 août 1749 fut posée la première pierre du cloître franciscain à Lügde, dont la construction dura jusqu'au 5 septembre 1756. L’église, ainsi que sa façade typiquement baroque, fut construite l’année suivante et inaugurée le 5 septembre 1756.
Trois Pères et cinq frères vinrent s'installer à Lügde dont la mission était la pastorale dans la diaspora attenante à Lügde.

La ville était redevenue catholique en l'an 1624, contrairement aux autres localités dans l'entourage qui étaient restées majoritairement protestantes. Dans le cloître fut ouverte une école privée où étaient enseignés la lecture, l'écriture, le catéchisme et le latin.
Pendant les nombreuses inondations le cloître servit, du fait de sa position plus élevée par rapport au niveau de la ville, d’abri de secours pour la population. Il abrita également beaucoup de sans-abri pendant plusieurs mois après les incendies de 1790 et 1797.
Le cloître franciscain était également connu pour son hospitalité. Parmi les invités des pères se trouvaient entre autres Johann Wolfgang von Goethe et son fils qui visitèrent le cloître lors d'une cure à Pyrmont en 1801.

Des sources écrites affirment que l'église du cloître construite à l'époque baroque présentait une décoration intérieure imposante et majestueuse. L'église reçut un nouvel orgue en 1803. Dix ans plus tard, le roi Jérôme séjournant à Wilhelmshausen sur la Fulda offrit à cette ville la belle orgue de Lügde que les habitants allèrent chercher au péril de leur vie, car ils tombèrent naturellement sur une résistance coriace. L'orgue se trouve encore aujourd'hui à Wilhelmshausen près de Cassel avec une inscription détaillant l'étrange acquisition.

Le 7 avril 1812, le ministre des finances de Prusse écrivit au ministre de l'intérieur:
" Comme le personnel du cloître à Lügde se réduit à trois personnes, qu'aucune paroisse ne lui est attribuée, et qu’une cure existe à Lügde, il me semble conseillé de dissoudre le cloître."

La plupart du mobilier, en mauvais état, fut aussitôt vendu. Le baron protestant von Klenke de Hämelschenburg acheta le cloître, les 190 arpents de terre s’y attenant, plusieurs prairies ainsi que différents jardins et un silo à grain dans la « Hintere Straße ». La vénérable église fut à partir de ce moment utilisée comme étable. Plus tard, von Klenke revendit le bâtiment du cloître à Marcus Heimann, un habitant de Lügde. Celui-ci fit enlever la magnifique voûte richement décorée de stucs de l'église, utilisa le bâtiment comme grange et loua le cloître dans lequel se trouva aussi pendant un certain temps une fabrique de cigares.

En 1859, l'église catholique racheta le cloître franciscain pour 10.000 Taler, la monnaie de l'époque. La ville offrit 4.000 Taler de plus, exigea cependant un appartement pour l'aumônier. Les pièces restantes furent transformées en hôpital. Des sœurs de l'Ordre des "Pauvres sœurs de Jésus Christ" appelées de la maison mère à Dernbach pour être soignantes commencèrent leur travail le 2 octobre 1860. L'église initialement attenante au cloître fut dans un premier temps donnée à bail à plusieurs fermiers.
En 1912 fut construit un faux plafond qui permit la construction au rez-de-chaussée d'une salle des fêtes et d’une garderie, l'ancêtre de l'actuel Kindergarten catholique.

En 1958, l'hôpital Liborius ferma malgré les donations plus que généreuses de la population de Lügde, car les sœurs quittaient Lügde. Sur la demande pressante de la ville restèrent cependant trois sœurs pour les soins des malades externes et la gestion de la maternelle. L'ancien cloître fut par la suite utilisé comme maison de retraite.

De 1973 à 1978, le bâtiment fut transformé en cure de la communauté catholique. On trouva pendant les travaux de transformation un caveau dans la partie nord-ouest des caves comportant des tombes datant de l’époque des franciscains. Dix des pères enterrés ici purent être identifiés grâce au registre de la province franciscaine de Saxe. Leurs restes furent enterrés dans la cour intérieure du cloître.

La famille Kolping aménagea une salle de réunion dans le réseau de caves au nord-est, "la cave du cloître". Dans les années 1997 à 1999, de nouveaux travaux eurent lieu. On transforma alors le rez-de-chaussée en garderie à l'exception d'une pièce qui est utilisée comme bibliothèque. A l'étage furent aménagées des pièces pour divers clubs ainsi que « la salle du cloître », salle de conférence et de cabaret.