Le « Süsterhus » du cloître des sœurs augustines

A cet endroit se tenait le « Süsterhus » (maison des sœurs) du cloître des sœurs augustines. À partir de 1478, les nonnes du cloître de Rampedahl à Lemgo, une ville proche, s'établirent ici. Elles appartenaient à un ordre religieux de Hollande au 14e siècle.
En 1480, le croître des sœurs fut construit et nommé « Süsterhus ». Le terrain avait gracieusement été mis à disposition par le cloître de Falkenhagen.
L'évêque de Paderborn reconnut le cloître en 1481 et le nomma « Vallis Benedictionis -beate Mariae virginis » (vallée de la bénédiction de la vierge Marie).
Le cloître se situait à la limite de la ville. Le nom de rue « Holland » rappelle encore aujourd'hui l'origine Hollandaise de beaucoup de nonnes.
Le 1er avril 1491, le comte Moritz Von Pyrmont offrit aux sœurs une partie du Lieu-dit Eschenbach comprenant des étangs, propices à la construction d’un moulin à huile et à foulon.
Pendant la période de la réforme, le cloître s'appauvrit et il n’y eut plus de candidates pour entrer dans la communauté. La dernière sœur s'appelait Ilse Michaelis et mourut en 1575.
A partir de 1575, le prêtre évangélique Ludolf Henning vécut ici, puis, à partir de 1626 le prêtre catholique Nußbaum, qui, sur ordre de l’évêque de Paderborn, remit la ville de Lügde sur le chemin du catholicisme.
Les bâtiments du cloître brûlèrent entièrement lors du dernier incendie en 1797, après avoir survécu aux catastrophes précédentes.
Sur le site furent construits : la maison paroissiale en 1801, l'école pour garçons en 1829 (détruite en 1982) et l'école pour filles en 1899 (détruite en 2005).
A la mort de la baronne de Scheele, la ville de Lügde acquit la maison habitable avec les bâtiments de ferme (Mittlere Straße 22) afin de l'utiliser comme bâtiment pastoral pour la communauté catholique. L'ancien bâtiment pastoral (Vordere Straße 53) devient ainsi possession de la ville. En 1986, le bâtiment est entièrement rénové. Des appartements sont construits dans les étages, et le rez-de-chaussée devient un bureau de poste. Après la fermeture de celle-ci en 1999, une partie des locaux de poste est transformée en cabinet médical.